© 2023 by Name of Template. Proudly created with  wix.com

Mieux connaître les bambous:

Tous les bambous sont construits sur la même architecture : un rhizome (tige souterraine) sur lequel se développe un système racinaire, et un chaume (tige verticale aérienne principale) sur lequel partent des branches, d’ou partent les feuilles et les fleurs.

Les bambous sont monoïques (la fleur porte les organes reproducteurs male et femelle).

Les bambous sont des monocotylédones (une seule réserve pour l’alimentation du plantule lors de la germination).

La fleur :
Les fleurs sont groupées en épis (comme le blé). Lorsqu’elles apparaissent l’aspect général du bambou en pâtit (jaunissement des feuilles). La floraison peut conduire à la mort du bambou.
Le phénomène de floraison est encore mal connu. Il existe des floraisons sporadiques (un seul sujet), semblant répondre à un cycle de floraison (pouvant s’étendre sur des dizaines d’années), et des floraisons grégaires concernant l’ensemble de l’espèce ou de la variété sur l’ensemble du globe (une telle floraison peut s’étaler sur 5 à 7 ans).
Les feuilles:
Les feuilles ont une forme allongées, effilées à la pointe et arrondies à la base. Protégées par une gaine, les feuilles ont une nervure centrale principale tres marquée et des nervures secondaires parallèles. Les feuilles sont très différentes autant par la taille que par la couleur. Certaines sont panachées.
La durée de vie d’une feuille n’excède pas une année.​
Les branches :
Le nombre de branches partant du nœud caractérise l’espèce.
 
Les nœuds :
Les nœuds forment les cloisons horizontales dans les tiges. Lors de la croissance de la tige, les cellules composant les nœuds s’allongent (à la manière d’une canne à pèche). Les nœuds abritent les bourgeons qui donneront les branches.
Les chaumes :
 Les chaumes sont des tiges creuses et régulièrement cloisonnées par des membranes rigides où se développent les nœuds.
Ils peuvent en fonction des espèces être de couleurs différentes.
Les rhizomes : 
Le rhizome est une tige souterraine horizontale. C’est une tige creuse et cloisonnée régulièrement (fistuleux). Les nœuds portent également des bourgeons.
On distingue deux sortes de rhizomes chez le bambou : le rhizome leptomorphe et le rhizome pachymorphe.

Le rhizome leptomorphe est dit traçant. Sa croissance horizontale peut lui permettre de s’allonger de plusieurs mètres en une année. Le bambou aura alors tendance à s’étendre en surface.

 

Le rhizome pachymorphe est dit cespiteux. La croissance n’est horizontale que sur quelques centimètres. L’extrémité du rhizome pointe alors vers la surface du sol et devient un nouveau chaume.

La croissance du bambou reste donc contenue en touffe serrée.

 

Les racines :
Il existe deux sortes de racines : les racines dites d’amarrage et les racines assimilatrices.

Les premières directement insérées à la base des chaumes remplissent la fonction d’ancrage et de soutien.

Les secondes partent des nœuds du rhizome. Très fines, elles peuvent s’étaler sur plusieurs mètres pour aller puiser les substances nutritives et l’eau indispensable au développement de la plante.


Les turions :
La pousse du bambou est également nommée turion. La pousse renferme déjà la tige de bambou en compressé. La croissance en est par conséquent très rapide. Certaines espèces dans leur milieu naturel peuvent dépasser 1,30 mètre par jour.

Elles sont généralement comestibles. A ce stade, le turion est tendre et craquant.

Les gaines :
La fonction des gaines est de protéger le chaume lors de sa croissance. A chaque entre-nœud correspond une gaine. Le chaume abandonne ses gaines lorsque sa croissance est terminée.

 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now